15/01/06

nos plus grosses hontes...

Des années après, j'en rigole mais sur le coup...

La première remonte à l'enfance: trop fatiguée et voilà que je pique un roupillon en classe, sympa la prof m'a laissée dormir mais les élèves présents m'ont surnommée la Marmotte toute une année. Le détail qui tue: enrhumée, j'ai dormi la bouche ouverte, y en a qui ont dû bien se foutre de moi!

Une autre, en vacances dans un parc aquatique: la poitrine qui pousse et la pudeur aussi, j'ai descendu le Kamikaze (sorte de toboggan d'eau géant), j'ai atterri dans la piscine sans mon haut de maillot de bain. J'avais pas de coup de soleil mais ça y ressemblait, bien sûr mes proches n'étaient pas dans mon champ de vision (la panique sans doute...) et une âme compatissante (un maître-nageur) m'a passé une serviette pour cacher mes oeufs sur le plat. Détail qui tue: j'ai jamais retrouvé mon haut !!!

Ado et fleur bleue, j'ai accompagnée une bande de copains voir un concert de Guns and Roses (ça n'était pas du tout mon truc) ; pour plaire à l'un deux, j'ai appris les chansons par coeur la veille (sacrée prise de tête surtout en anglais, à cette âge-là j'y comprenais rien). Le concert commençant, je fais la fan hystérique et me voilà ti pas dans l'arène (un des videurs m'a fait passée devant pour que je vois mieux), le batteur me fait monter sur scène et me signe un autographe sur l'avant-bras...avec un feutre noir indélébile! Résultats des courses: j'ai dû passer tout l'été à me cacher le bras gauche (quand on dit indélébile, c pas des conneries!), j'ai eu en prime leurs CD pour mon anniversaire et surtout j'ai pas emballé le gars voulu. Ah oui, en prime on a dormi sur une bouche de métro (plus de métro, plus de taxis...) et j'ai attrapé une crève carabinée.

Sortie en boite, pour une fois j'ai voulu me la jouer grande dame: mise en pli faite, talons hauts et jupe bien courte. Premier incident: je sors de la maison, je me prends un saut d'eau sur la tête (non non c pas une blague, une femme nettoyait son balcon à minuit, et oui ça arrive), je retourne chez moi me sécher les cheveux et faire un ravalement de façade. Deuxième incident: on arrive devant la boite et là le videur me dit "pas toi, t'es trop jeune.."Mais Monsieur, j'ai 18 ans et je viens tout le temps!!""t'as ta carte d'identité???""euh bah non, je l'ai oubliée..."J'ai pas pu rentrer et en prime, j'ai cassé un de mes talons (pas habituée à marcher avec 10 cms de haut), je me suis foulée la cheville (encore le talon cassé), j'ai déchiré mes collants et ça m'a coûté bonbon : nouvelles shoes à la poubelle, taxi infect que j'ai attendu 3 plombes dans un froid glacial devant les sex shops de Pigalle (bonjour l'ambiance). La cerise sur le gâteau, ma mère avec un grand sourire:"tu rentres déjà ma chérie, alors t'as passé une bonne soirée?" No Comment.

Il y a peu, je dis à mon mari" Ils sont vraiment nazes en France, ils prononcent Jean-Paul à l'anglaise, tout ça pour vendre un disque!".Lui éclate de rire "c'est toi la naze, c'est son vrai nom". Et oui, il s'agissait de Sean Paul le chanteur...Remarquez, j'adore inventer des noms et des mots, parfois je ne m'en rends plus compte, on peut partir au cinéma pour la séance du Monde de Vania (épopée sanglante au pays des tampax) ou de Donkey Kong (le King)

Posté par NOUT à 02:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur nos plus grosses hontes...

Nouveau commentaire